Aller au contenu


Accueil > Présentation > Axes de recherche

Recherche

Axe 2 | Territoire du patient, territoire de santé

Le système français est largement constitué autour de l’hôpital. Sans céder à la tentation de l’hospitalo-centrisme, notre Chaire s’attèle à la question hospitalière en ce qu’elle fait pour beaucoup le quotidien de la santé aujourd’hui et que l’hôpital reste l’acteur structurant majeur d’un territoire. L’hôpital concentre de nombreuses tensions : économiques (il est sommé de réduire ses dépenses et d’optimiser ses process ; il est souvent le premier employeur des villes), sociales (les services d’urgences sont engorgés de problématiques peu ou pas médicales), culturelles (l’hôpital est le premier endroit où l’on nait et on l’on meurt), professionnelles (chaque corps de métier qui y exerce défend ses intérêts, médecins, infirmières, transporteurs, etc.).

Comment redonner une place à la personne « ordinaire », celle qui n’est ni très pauvre, ni très riche, ni très malade, mais qui dans son parcours de vie est amenée à rencontrer l’hôpital ? Par là même, les couloirs, les chambres, les espaces de rencontres ne sont pas les territoires des seuls professionnels de santé, mais d’abord, ceux des personnes considérées comme malades et qu’on nomme, de manière transitoire et localisée, « patients ». Le médecin, s’il est dans « son » service, n’est-il pas aussi sur le territoire des malades ? À l’échelle de la ville, du département, ou même de la région, le même raisonnement peut être opérée : partir du territoire, en prenant en compte les déplacements du malade, c’est se départir de la primauté des intérêts des professionnels dans l’organisation du soin.

Terrains potentiels : Hôpitaux lyonnais et parisiens. Partenariat avec la FHF AURA

Approche philosophique : De la chambre d’hôpital à l’hôpital jusqu’à la répartition urbaine et géographique des établissements de santé, y compris dans des perspectives culturelles comparées, la thématique " valeurs du soin et Architecture » rappellent que la mise en espace du lieu de soin suscite des questionnements éthiques et politiques. Le système de soin trouve sa traduction matérielle dans des conceptions spatialisées du soin. Pas de transmission des valeurs du soin sans leur transcription spatiale. Il s’agira d’examiner si et comment la conception de l’espace induit/soutient/court-circuite une éthique de relation de soin. Comment les murs peuvent-ils permettre d'inscrire une élaboration de la pensée du soin, une orientation de sa pratique dans une temporalité qui s'historicise ? Comment la construction architecturale d'un lieu de soins soutient-elle la construction psychique et comment les valeurs de la relation de soin investissent-elles l’espace qui l’accueille ?

Sous cette thématique :
  • Stage de Master 2 IMU mars-septembre 2017 : « l’architecture hospitalière sous l’œil du patient » : Quels imaginaires sous-tendent les espaces hospitaliers ? À quoi ressemble l’hôpital rêvé par le Patient, à la fois un et multiple ? Cette étude s’intéresse aux conditions d’hommes et de femmes qui vivent « l’hôpital » quotidiennement ou épisodiquement, en considérant ce milieu comme un espace « d’évaluation » de l’état de bien-être de nos sociétés.
    L’attention ne sera pas directement portée sur les relations soignants/soignés, ou sur le personnel soignant dans son système de management, mais sur ce que l’agencement de l’espace hospitalier qui a pour fonction d’accueillir et de prendre soin (hospitalité) peut générer comme états (comportements, relations interpersonnelles), et comme imaginaires. La ville du XXIème siècle peut-elle ainsi penser et réaliser un modèle architectural hospitalier « idéal » qui tiendrait compte à la fois des soins du plus grand nombre et de la singularité de chaque patient ?

Approche gestion : l’organisation des services autour du patient optimise les process.

Piste d’indicateur : index de déplacement parcours physique/parcours de soins (discussion de l’Experience-Based Design)… et indicateurs à inventer.

Pays d’observation privilégiés : France / Mexique et ses cliniques alternatives.


Université de Lyon