Aller au contenu


Accueil > Présentation > Axes de recherche

Recherche

Axe 1 | Valeur intangible et utilité des soins

Notre société est aujourd’hui de plus en plus conduite par une rationalité utilitariste. Il faut toujours faire mieux avec moins, mais parvient-on déjà à faire autant avec moins ?
Dans un système de paiement à l’acte, se développent les actes inutiles (d’un point de vue médical) pour le patient mais utiles à l’organisation (d’un point de vue économique). Aujourd’hui, l’OCDE estime que 20% des actes réalisés (donc financés) sont des actes inutiles. Les identifier pour les éliminer permettrait de dégager des moyens humains et financiers.
Nous faisons ce double constat : d’une part l’économisme sanitaire néglige l’humain en ce qu’il compresse les temps des soignants et valorise les actes techniques ; d’autre part il a pour effet secondaire la multiplication d’actes tendanciellement plus lourds (chirurgicaux notamment) pour générer des revenus, sans préoccupation des répercussions pour le patient.
Nous proposons de redonner une valeur économique à l’intangible du soin (la main posée sur l’épaule du malade) et de ré-examiner l’utilité à partir du patient (sa place, son point de vue, son expertise).

Terrains possibles :
  • La douleur indicible de l’autisme, l’importance du non-verbal dans son traitement / dans l’accompagnement de l’Alzheimer (toute pathologie créant des difficultés de communication verbale).
  • La douleur « ordinaire » en obstétrique : la généralisation de l’accouchement « sans douleur » ou accouchement médicalisé comme marqueur socio-économique ; l’accouchement à la maison versus l’accouchement à l’hôpital : coût, temps, accompagnement de la parturiente pré et post-natal (qui entoure, qui prend soin ?) ; la pratique de la césarienne développée pour planifier les accouchements sans prendre en compte les conséquences post-partum pour la mère, versus les médecines douces (en particulier au sein des territoires ultra-marins) ;

Approche philosophique : l’utile à la personne soutient la constitution du sujet en soin et en soi (raison humaniste vs. rationalité utilitariste). Il s’agira donc d’explorer les ressorts et les ressources d’une anthropologie de la vulnérabilité entrant en relation critique avec cette anthropologie du « self made care » qui réduit la relation de soin à une prestation, les valeurs du soin à la seule idée du prix, et le don à un échange.

Approche gestion : la valeur intangible du soin améliore son efficience, et in fine permet de faire des économies tout en améliorant le bien-être du patient.

Piste d’indicateur : l’utilité-patient (discussion du Value-Based Costing).

Pays d’observation privilégiés : comparaison France (métropole et outre-mer) / Chine (influence de la médecine traditionnelle, de l’approche globale due à la culture…).


Université de Lyon