Aller au contenu


Accueil > Présentation > Thèses en cours

Thèses en cours


Cécile Ezvan : Valeurs du travail et capacités relationnelles, Réflexion éthique et managériale à partir de la pensée de Martha C. Nussbaum

Thèse démarrée en 2015, sous la direction de Jean-Philippe Pierron et Cécile Renouard. Soutenance le 18 octobre 2018
Cette thèse propose une réflexion sur les valeurs du travail à partir de l’œuvre de Martha C. Nussbaum, de sa conception des capacités, de la vie bonne et de la justice. La valeur du travail y est définie en fonction de ses effets sur les capacités du travailleur et des autres partie-prenantes. Penser les valeurs du travail à partir des capacités relationnelles permet de rendre compte de dimensions essentielles que le travail permet de développer et que chaque être humain valorise : le respect de soi, la qualité des relations interpersonnelles ou les interactions positives avec le milieu naturel et culturel, de façon à préserver le bien vivre aujourd’hui et demain.
Les enjeux et les finalités du bien-vivre au travail sont ainsi éclairés, en s’appuyant sur une anthropologie et une éthique relationnelles inspirées d’Aristote et de Kant. Suivant cette approche, le travail s’inscrit aussi dans un cadre politique et institutionnel qui vise à garantir à tous l’accès aux capacités, en particulier à ceux qui en sont exclus.
En contrepoint des approches purement instrumentales de la valeur du travail, d’inspiration utilitariste et néoclassique, cette conception des valeurs du travail est centrée ses finalités, en termes de fonctionnements humains et de vie bonne, à une échelle individuelle et collective.
La portée pratique de cette recherche consiste à mettre en évidence les tensions dont le travail contemporain est l’objet et à proposer une démarche pour évaluer, de façon plus juste, les capacités des êtres humains qui y sont engagées. Elle ouvre ainsi la voie à une réflexion pour des acteurs économiques – équipes, entrepreneurs, investisseurs – qui souhaiteraient s’inspirer du cadre proposé pour faire évoluer leurs pratiques et leurs modèles économiques, en promouvant une économie qui serait davantage attentive à la qualité relationnelle entre les parties prenantes.


Brenda Bogaert : Patient acteur et capabilités. La prise en charge des épilepsies en France et en Chine

Thèse démarrée en 2016, sous la direction de Jean-Philippe Pierron

Cette thèse a pour ambition de conceptualiser la notion du patient acteur à partir de l’expérience du patient. En inspiration de l’idée des capabilités développées en économie par Amartya Sen et en philosophie par Martha Nussbaum, ce travail met en avant les possibilités pour les personnes à décider ce qu’ils veulent être et faire, donc de quel résultat ils souhaitent avoir dans le soin, pour nous aider à rapprocher d’une conception de soin centrée sur le patient.
Un travail de terrain et construit avec un cas d’application, les épilepsies, j’utilise des méthodologies multiples (phénoménologiques, ethnographiques et participation directe) pour recueillir les expériences des patients, de leurs familles et leurs soignants en partenariat avec les centres clés de la prise en charge des épilepsies en France (La Teppe, IDEE et Epilepsie France) et en Chine (Hôpital Huashan, Hôpital 353 et Red Cross Chine).


Sonia Benkhelifa : La rencontre en psychiatrie. De la reconnaissance à la possibilité d’existence

Thèse démarrée en 2016, sous la direction de Jean-Philippe Pierron et de Jean Naudin
Le sujet de cette thèse est celui de la rencontre entre le soignant et le patient présentant des troubles psychotiques. L'hôpital dans sa fonction d'accueil, pourrait être considéré à maints égards comme le lieu presque paroxystique de la rencontre. Or, a-t-elle toujours lieu ? La rencontre peut être considérée comme ce qui nous échappe et pour autant elle peut constituer ce que nous visons en tant que soignant. Elle n'est en tous les cas jamais sans engagement, ni ébranlement. Elle est énigme, mystère, elle est un évènement qui parfois n'apparaît pas, n'advient pas. Elle serait même au fondement même de l'altérité. Elle est ce qu'il nous faut tenter de rendre possible à ceux qui n' y ont pas accès de prime abord ; du fait de leurs troubles.
Le contexte, les enjeux, les éléments psychopathologiques à l’œuvre dans cette problématique de la rencontre ferons l'objet d'une attention particulière. Les freins, les écueils, les impossibilités à cette rencontre devront être identifiés. Un cheminement de la rencontre, dans son sens "classique" à l'hôpital, vers la rencontre dans son acception tant philosophique que phénoménologique sera retracé. Une analyse de la littérature centrée sur les apports de la philosophie du soin, de l'éthique, de la phénoménologie et de la psychiatrie phénoménologique, appuyera une analyse de la clinique et donc au quotidien de l'homme face à un autre homme en souffrance.

Nathalie Vallet-Renart : Le retour au travail des salariés touchés par un cancer : le care pour articuler performance et vulnérabilité

Thèse démarrée en 2017, sous la direction de Jean-Philippe Pierron et de Didier Vinot
Cette thèse se propose d’analyser la valeur de la relation en milieu professionnel, dans les situations impactées par un cancer.
Les représentations sociales du cancer sont liées à la mort. La personne concernée prend conscience de sa vulnérabilité et de la fragilité de la vie, tandis que son entourage professionnel, en se projetant dans la situation manifeste compassion et désarroi. La peur engendre des maladresses interpersonnelles dans un univers où la maladie n’a pas lieu d’être, où la performance économique, nécessaire à la continuité de l’activité, dérive aussi en obsession du chiffre.
Le milieu professionnel parle désormais de performance sociale. Pour autant, est-il un lieu de soin ? L’éthique du care de J. Tronto permettra de préciser les modalités d’un soin adapté à ce contexte spécifique qu’est l’entreprise.
Ce travail a pour point de départ l’hypothèse suivante : la qualité de la relation est non seulement essentielle, mais prévaut sur une possible adaptation de l’organisation à la situation. Elle induit le contenu de la rencontre, singulière, comme réponse adaptée, là où les processus encadrent le retour au travail de manière désincarnée.
La méthodologie d’enquête pour répondre à cette question de recherche est qualitative. Par des entretiens semi-directifs, il s’agira de sonder le vécu d’un échantillon de personnes ayant traversé l’épreuve du cancer et ayant repris une activité professionnelle.
Quelle forme d’attention ont-elles relevé à leur égard ? En quoi celle-ci les a-t-elle aidées à se maintenir ou à revenir au travail ? Dès lors, l’attention s’exprimerait dans un double langage performatif, selon J.L. Austin : celui des relations interpersonnelles, et celui de l’organisation, permettant le passage de l’élan de compassion à un agir juste et bénéfique pour la personne comme pour son milieu professionnel. La relation se constituerait alors en bien commun, au sens que lui a donné Martha Nussbaum.

María Grace Salamanca González : Soin et résistance en anthropocène. L’éthique du care médical et environnemental à partir de l'exemple de la médecine florale

Thèse démarrée en 2018, sous la direction de Jean-Philippe Pierron et de Paul Hersch Martinez
Cette thèse propose une articulation entre philosophie du care et usage politique de la phytothérapie, prise dans son acception endobiogénique. Cette recherche croise les apports de plusieurs disciplines. Du point de vue philosophique, la condition humaine est postulée comme vulnérable et relationnelle. Partant, une épistémologie relationnelle peut être constituée, à la fois éthique et politique. Les résultats de l'épidémiologie socioculturelle permettent, quant à eux, de mobiliser les différents dimensions de la compréhension de la maladie, du diagnostic et des choix thérapeutiques.
La méthodologie de cette thèse repose sur les approches dites de méthodologies horizontales, qui considèrent la construction du savoir comme un type d’action dans le monde, avec implications politiques qui ne sont pas exemptes de certes relations de pouvoir. D'où l'importance fondamentale d'une réflexivité éthique de la recherche.
L'hypothèse centrale de cette thèse est que dans l'utilisation autonome des plantes de manière thérapeutique, nous pourrions trouver le germe d'une politique relationnelle du care.


Université de Lyon