Aller au contenu


Accueil > Présentation > Thèses en cours

Thèses en cours


Cécile Ezvan : Capacités relationnelles et développement humain. Étude de la valeur du travail à partir de Nussbaum

Thèse démarrée en 2015, sous la direction de Jean-Philippe Pierron et Cécile Renouard. Soutenance en octobre 2018.


Brenda Bogaert : Patient acteur et capabilités. La prise en charge des épilepsies en France et en Chine

Thèse démarrée en 2016, sous la direction de Jean-Philippe Pierron

Cette thèse a pour ambition de conceptualiser la notion du patient acteur à partir de l’expérience du patient. En inspiration de l’idée des capabilités développées en économie par Amartya Sen et en philosophie par Martha Nussbaum, ce travail met en avant les possibilités pour les personnes à décider ce qu’ils veulent être et faire, donc de quel résultat ils souhaitent avoir dans le soin, pour nous aider à rapprocher d’une conception de soin centrée sur le patient.
Un travail de terrain et construit avec un cas d’application, les épilepsies, j’utilise des méthodologies multiples (phénoménologiques, ethnographiques et participation directe) pour recueillir les expériences des patients, de leurs familles et leurs soignants en partenariat avec les centres clés de la prise en charge des épilepsies en France (La Teppe, IDEE et Epilepsie France) et en Chine (Hôpital Huashan, Hôpital 353 et Red Cross Chine).


Sonia Benkhelifa : La rencontre en psychiatrie. De la reconnaissance à la possibilité d’existence

Thèse démarrée en 2016, sous la direction de Jean-Philippe Pierron et de Jean Naudin
Notre sujet d'étude est celui de la rencontre entre le soignant et le patient présentant des troubles psychotiques. L'hôpital dans sa fonction d'accueil, pourrait être considéré à maints égards comme le lieu presque paroxystique de la rencontre. Or, a-t-elle toujours lieu ? La rencontre peut être considérée comme ce qui nous échappe et pour autant elle peut constituer ce que nous visons en tant que soignant. Elle n'est en tous les cas jamais sans engagement, ni ébranlement. Elle est énigme, mystère, elle est un évènement qui parfois n'apparaît pas, n'advient pas. Elle est, nous semble-t-il au fondement même de l'altérité. Elle est ce qu'il nous faut tenter de rendre possible à ceux qui n' y ont pas accès de prime abord ; du fait de leurs troubles. Nous appréhenderons le contexte, les enjeux, les éléments psychopathologiques à l’œuvre dans cette problématique de la rencontre. Nous tenterons de délimiter les freins, les écueils, les impossibilités à cette rencontre. Nous cheminerons de la rencontre, dans son sens "classique", tel que nous pouvons l’appréhender à l'hôpital, vers la rencontre dans son acception tant philosophique que phénoménologique. Nous étayerons notre propos à la lumière d’éléments conceptuels à partir d'une analyse de la littérature centrée sur les apports de la philosophie du soin, de l'éthique, de la phénoménologie et de la psychiatrie phénoménologique, tout en laissant la place à la clinique et donc au quotidien de l'homme face à un autre homme en souffrance.

Nathalie Vallet-Renart : Une recherche appliquée pour aider les entreprises à mieux articuler performance et vulnérabilité

Thèse démarrée en 2017, sous la direction de Jean-Philippe Pierron et de Didier Vinot


Université de Lyon